Foire Aux Questions


Support/FAQ
Quelle est la différence entre l’ostéopathie structurelle, viscérale, fasciale et crânienne ?

Mêmes si elles sont interconnectées les unes aux autres, ces approches sont tout de même bien différentes. Les structures travaillées ne sont pas les mêmes, le niveau de proprioception est différent ainsi que les techniques utilisées. Toutes ces approches sont intriquées les unes aux autres, elles sont inter-reliées. “Le corps est un tout” disait A.T.Still.

Le but pour un ostéopathe est de tester mécaniquement toutes ces structures, d’arriver à comprendre leurs interactions et réussir à cerner la cause du problème du patient. Le traitement visera à mobiliser et réharmoniser ces structures les unes par rapport aux autres.

L’ostéopathie structurelle

Cette approche vise essentiellement le système musculo-squelettique, les vertèbres, les articulations, les muscles, les ligaments. Dans la théorie de l'ostéopathie, une altération du système musculo-squelettique provoque un dysfonctionnement local ou régional des fonctions nerveuses.

De nombreuses techniques existent, de la simple inhibition musculaire, aux techniques neuromusculaires, en passant par les points gâchettes. Au niveau des articulations des techniques dites de mobilisation peuvent être utilisées tels que le TGO (traitement général ostéopathique), ou encore des techniques articulaires plus spécifiques comme les HVT et LVT (High/Low velocity thrust) qui sont les fameuses techniques qui font “craquer”. Dans certains cas les HVT et LVT sont à éviter, l’ostéopathe verra à utiliser des techniques plus douces comme le strain/counterstrain.

Comme vous pouvez vous en rendre compte, les techniques sont nombreuses. Cependant, certaines douleurs, même si elles sont ressenties par le système musculo-squelettique peuvent avoir une autre origine, par exemple d’origine viscérale.

L’ostéopathie viscérale

Cette branche de l'ostéopathie concerne les organes internes ou viscères (foie, estomac, intestins, poumons, vessie etc…) On l'appelle "ostéopathie fonctionnelle" par opposition à l'ostéopathie structurelle qui s'intéresse au squelette et aux muscles.

Les organes sont très importants pour la fonction du corps. Ils sont reliés au système musculo-squelettique par des attaches ligamentaires, fasciales, nerveuses et liquidiennes. Certaines atteintes sévères du système viscérale peuvent entraîner des douleurs par exemple une restriction de la motilité du foie peut provoquer des douleurs à l’épaule droite ou encore des coliques néphrétiques peuvent générer des douleurs lombaires. En ostéopathie, nous considérons que même les atteintes légères des organes vont influer de manière significative les structures avoisinantes et cela d’un point de vu mécanique, fluidique et neurologique.

Par de très fins mouvements indolores et non agressifs, l’ostéopathe libère ces tissus de leurs surtensions afin de restaurer leurs motilités, leurs  souplesses, ce qui amène généralement un soulagement.

L’ostéopathie crânienne

Les os du crâne ne se soudent jamais complètement et sont animés de mouvements quasi imperceptibles. Pour bien comprendre la nature de ces mouvements, il est nécessaire de parler du Mouvement Respiratoire Primaire. Le Mouvement Respiratoire Primaire est un mouvement rythmique involontaire prenant sa source dans le cerveau. Il comprend la fluctuation du liquide céphalo-rachidien, l'action des membranes intra-crâniennes et intra-spinales (la dure-mère, la tente du cervelet et la faux du cerveau) la mobilité du sacrum ainsi que la mobilité des os du crâne.

Une consultation ostéopathique crânienne ne s'improvise pas et demande, au praticien, une connaissance approfondie de l’anatomie et de la physiologie.  Cette approche exige beaucoup de douceur, de doigté, et de précision dans sa pratique pour mieux écouter, interpréter et analyser les différents blocages des sutures crâniennes. Il arrive que l'ostéopathe applique le même type de technique au sacrum (os terminal de la colonne) car il fonctionne avec le crâne comme un mécanisme de pendule et de balancier, d'où le nom de technique crânio-sacrée. Cette approche combinée permet entre autre de relâcher les ligaments de la colonne vertébrale pour favoriser l’équilibre de notre corps.

L'ostéopathie crânienne permet de consolider le traitement des pathologies chroniques et des douleurs aigues, elle est efficace dans les troubles du sommeil, les problèmes fonctionnelles et les infections chroniques

L’ostéopathie fasciale

Les fascias sont une sorte de toile de fond du corps qui permet de relier les différents systèmes les uns aux autres. C’est le tissu conjonctif qui unit dans la globalité le corps d’un point de vue crânien, viscéral et structurel.

Les techniques sont similaires à celles utilisées en approche crânienne, à savoir des techniques indirectes, la main a plat avec des pressions progressives suivant le sens des tensions ressenties. Il existe aussi la technique appelée, le déroulement fascial. Le but de cette technique est d’accompagner un membre ou une partie du corps du patient en le laissant s’exprimer corporellement. On engage le tissu dans sa contraction jusqu’au “still point”. Le still point est un moment d’immobilité où les tensions sont inexistantes et qui permet aux tissus leur réorganisation car le corps ne supporte pas de ne pas être sans retour proprioceptif.

Quelle sera l’approche qui sera utilisé pour moi ?

L’ostéopathie est une thérapie globale, elle ne pourrait être subdivisée en différentes approches. Ce serait une erreur de travailler avec une seule approche.

En consultation, l’ostéopathe est constamment confronté à faire le choix d’une technique particulière sur une tension particulière chez un patient particulier. Sur certains patients une manipulation vertébrale va avoir une très grande efficacité alors que sur d’autres les tissus vont se contracter d’autant plus. Sur certains patients, le massage d’un muscle va le relâcher alors que sur d’autres cela va le rendre encore plus réactif. Faire des techniques “crâniennes” va avoir des résultats presque miraculeux sur certains patients alors que sur d’autres, on leur donnerait raison de crier au charlatanisme.
Disons en conclusion que l’ostéopathe devra toujours faire preuve de beaucoup d’écoute, de jugement et d’esprit critique afin de proposer le traitement qui sera le plus approprié à la condition du patient au moment de la rencontre.

Quelles sont les contre-indications de l’ostéopathie ?

Un ostéopathe compétent connait les limites de l'ostéopathie et peut conseiller à son patient de subir des examens et analyses complémentaires ou à consulter un médecin spécialiste.

Les contre indications à l’ostéopathie se situent dans les limites des urgences médicales, chirurgicales ou psychiatriques Elles concernent également les pathologies génétiques et dégénératives pour lesquelles d´autres thérapeutiques sont plus efficaces.

.

À qui s'adresse l'ostéopathie?

L’ostéopathie s’adresse à toute personne, à tout âge de la vie :

Le nouveau-né : elle agit sur les déformations liées aux contraintes de la grossesse et de l’accouchement.

L’enfant : elle participe à son développement harmonieux.

L’adolescent : elle intervient dans la prise en charge des troubles liés à cette période de la vie.

L’adulte : elle permet à l’organisme de retrouver son équilibre et améliore les fonctions de notre corps pour une vie active et familiale sereine.

La femme enceinte : elle favorise la mobilité aux structures les plus sollicitées (colonne vertébrale, bassin, périnée...) afin de soulager ou d'éviter l'apparition de douleurs éventuelles.

La personne âgée : elle permet le maintien de l’activité et participe naturellement au renforcement des défenses sur l’ensemble du corps.

Le sportif professionnel ou amateur : elle prévient et traite les maux liés à la pratique sportive, et permet d’améliorer les performances physiques.

Votre ostéopathe

Martine Vaillancourt D.O.

Diplômée en ostéopathie

Certifiée en Biodynamique

Membre de l'association RITMA.

Localisation

© Tous droits réservés Clinique d'ostéopathie Bonaventure